Blog

Comment faire le diagnostic d’une fasciite plantaire (ou Épine de Lenoir) ?

Cet article a pour but de vous informer sur les méthodes existantes permettant de détecter si vos signes et symptômes associés à vos douleurs au talon sont dus à une fasciite plantaire (Épine de Lenoir).

[Le sujet de cet article ne concerne pas les traitements de base à effectuer à la maison lors de lapparition des premiers symptômes de douleur au talon (fasciite plantaire ou épine de Lenoir). Si vous cherchez ces informations, vous les trouverez dans ce guide complet «Douleur au talon» qui vous expliquera comment prendre en charge immédiatement les traitements à effectuer.]

Guide Douleur talon

Symptômes courants associés à la fasciite plantaire :

  • La douleur ressentie lors de la levée matinale constitue une caractéristique distinctive. Le patient signalera des douleurs sévères lors de la première levée le matin ou après une période de repos prolongée. Cette douleur va aller en s’améliorant suite à une courte période de marche.
  • La douleur est pratiquement absente lorsque vous vous retrouvez en position assise ou au repos.
  • La douleur se fait ressentir de façon graduelle et ne s’améliorera pas au fil du temps, au contraire, elle augmentera au cours des semaines, voire même des mois suivants.
  • Plus souvent contractée au niveau du talon, plus précisément au-dessous de ce dernier, et également sous la partie médiale interne du talon.
fasciite plantaire

Diagnostic clinique :

La fasciite plantaire se détecte par un diagnostic clinique, ce qui veut dire que le tout est posé uniquement d’après l’observation des symptômes, l’histoire du patient, sur l’examen physique effectué sur ledit patient ainsi que sur la localisation de la douleur ressentie par ce dernier.

Afin d’établir un bon diagnostic, il se peut qu’il y ait des techniques d’imagerie utilisées telles que l’échographie ou la résonance magnétique. En ce sens, il sera possible d’éliminer toutes les autres causes potentielles et d’obtenir une évaluation plus précise des structures.

Dans la plupart des cas, la douleur se situe au niveau de l’insertion interne de l’aponévrose sur le calcanéum. En pressant fortement sur la section démontrée à l’image ci-dessus, cela devrait reproduire l’ensemble de vos symptômes et bien confirmer l’endroit de votre douleur. D’un autre égard, cela n’exclut en aucun cas la possibilité de ressentir des symptômes sur l’ensemble de l’aponévrose plantaire.

fasciite plantaire

Douleur dite compensatoire :

Lorsqu’une personne souffre d’une fasciite plantaire depuis un certain temps, cela peut altérer involontairement sa façon de marcher. Ceci s’explique par un mécanisme qui s’enclenche afin d’éviter de marcher sur la partie du talon la plus douloureuse. En fait, la compensation effectuée par le patient atteint peut donner l’impression que la douleur se déplace vers le côté externe du pied et que cette dernière monte le long de la jambe. Parfois, certains patients ayant des douleurs persistantes viennent à en développer au niveau des hanches et du dos.

L’examen complet devrait inclure une palpation de toutes les zones présentées sur l’image ci-dessous. Sur cette dernière, vous pouvez y apercevoir plusieurs zones correspondant aux endroits principalement touchés par la douleur.

Histoire classique d’une fasciite plantaire :

Louise, 42 ans, est une marcheuse depuis plusieurs années. Au moment de reprendre son activité là où elle l’avait laissée avant l’arrivée de l’hiver, elle a parcouru une distance plus grande qu’à l’habitude afin de bien se remettre en forme. Un matin parmi tant d’autres, Louise s’est levée de son lit, mais aussitôt le pied posé au sol, une douleur vive a été ressentie et l’a prise par surprise. Puisque la sensation n’a duré que quelques secondes, elle ne s’y est pas vraiment attardée.

Cependant, le lendemain matin, lorsqu’elle s’est levée à nouveau, la douleur l’a une fois de plus accaparée, mais cette fois-ci, elle était d’une plus grande intensité et le deuxième pas fut tout aussi inconfortable. Depuis, cette situation se manifeste chaque matin et la fréquence, la douleur ainsi que l’intensité de la douleur ne cessent d’augmenter graduellement. De plus, Louise commence même à en ressentir les répercussions au travail lorsqu’elle se lève pour aller en pause, la douleur sous le talon ne se dissipant qu’après quelques pas.

Malgré tout, Louise décide de continuer sa remise en forme puisqu’elle ne ressent aucune douleur quand elle marche. Par contre, chaque fois qu’elle est plus active, elle réalise que la douleur s’avère être plus intense le lendemain matin. Depuis quelque temps, les douleurs se présentent dès qu’elle est en position assise pour un certain laps de temps, peu importe qu’elle soit au restaurant, au volant ou au cinéma. Cettedite douleur persiste chaque fois qu’elle se relève et se dissipe toujours après avoir marché quelques pas…

Cela représente l’histoire classique d’une aponévrosite plantaire. Plus précisément, il s’agit d’une douleur vive et intense ressentie après une longue période d’immobilisation. Ceci peut s’apparenter à un sentiment d’inconfort pouvant aller jusqu’à donner l’impression d’avoir un clou qui nous transperce le talon. Dans la majeure partie des cas, la douleur se dissipe après quelques minutes de marche, mais peut également se faire ressentir de nouveau après une longue période en position debout ou une marche continue.

Sources scientifiques :

  • McMillan, A. M., Landorf, K. B., Barrett, J. T., Menz, H. B., & Bird, A. R. (2009). Diagnostic imaging for chronic plantar heel pain: a systematic review and meta-analysis. Journal of foot and ankle research, 2(1), 32.
  • Bartold, S. J. (2004). The plantar fascia as a source of pain—biomechanics, presentation andtreatment. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 8(3), 214-226.
  • Schepsis, A. A., Leach, R. E., &Gorzyca, J. (1991). Plantar fasciitis. Etiology, treatment, surgical results, and review of the literature. Clinical Orthopaedics and Related Research, (266), 185-196.

Cet article vous est utile? Il pourrait l'être pour d'autres! Partagez-le en cliquant ici pour aider des gens qui, comme vous, veulent faire le premier pas vers la guérison.

antonin

Dr. Antonin Bérubé, votre podiatre
Diplômé du programme de doctorat en médecine podiatrique (DPM) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Il est professionnel de pathologies du pied et la de cheville. Sa passion pour la biomécanique et les douleurs musculo-squelettiques l’amène à traiter chaque patient comme un athlète, de façon à le remettre sur pied le plus rapidement possible et à prévenir de futures blessures.