Blog

Est-ce toujours problématique d’avoir un pied plat ?

Le pied plat a eu mauvaise figure pendant de nombreuses années et continue aujourd’hui d’inquiéter les gens. La majorité des gens croient encore aujourd’hui que le pied plat est une mauvaise chose et qu’il sera prédicteur de blessures. Mais pourquoi ?

Historique

Il faut remonter au début des années 1900 avant d’entendre les arguments contre le pied plat. Les médecins de l’armée américaine voyaient 30 à 40% des soldats aux prises avec des douleurs aux pieds. Ils ont aussi observé que la plupart des soldats ayant des douleurs aux pieds avaient aussi les pieds plats. Ils ont donc émis comme hypothèse que le pied plat était la cause de ces douleurs.

Un historique qui continue de faire jaser

En plus, ils ont aussi constaté que les douleurs aux pieds étaient diminuées par le port de support d’arche plantaire. L’armée a donc émis une politique d’exclusion à l’égard des soldats ayant les pieds plats. Cette politique et cette vision négative envers les pieds plats s’est répandue à travers le pays et même à travers le monde.

Un historique qui perdure

Cependant, même si à cette époque les médecins avaient constaté que plusieurs soldats ayant des pieds plats n’avaient aucune douleur, la mauvaise réputation des pieds plats était déjà bien établie. Assez bien établie que plusieurs professionnels de la santé voient encore aujourd’hui le pied plat comme un problème à corriger.

Le pied plat chez l'enfant

Il n’est donc pas rare, encore aujourd’hui, de voir plusieurs parents anxieux de constater leur enfant avec un pied plat et de vouloir venir corriger cette « difformité » [1].  Il est pourtant important de comprendre que le pied plat est un facteur de risque minime de développer une blessure au pied, à la cheville ou au genou [2].

Quel est le facteur de risque pour développer des douleurs ?

Le facteur le plus important à contrôler afin d’éviter les blessures est de contrôler la quantité et l’intensité de l’activité physique. Une grande augmentation (en fréquence et en distance) des activités tel que la marche ou la course, en ne laissant pas le temps nécessaire au corps de s’adapter, augmentera le risque de blessures. En première intention, la prévention des blessures ne passe donc pas par la correction du pied plat [3, 4], mais plutôt par l’éducation des patients sur la quantité d’activité physique pratiquée.

En résumé

La clef afin d’éviter les blessures est d’écouter notre corps et de se donner du repos lorsqu’il y a sensation de courbatures ou de douleurs. Cependant, il faut garder en tête que le pied plat peut prédisposer à certaines blessures au pied ou à la cheville comparativement à d’autres types de blessures [5]. En d’autres mots, le pied plat ne cause pas de blessures à proprement parlé, mais il peut parfois expliquer pourquoi nous pourrions développer une douleur à un endroit au lieu d’un autre. 

En résumé, le pied plat n’est pas problématique en soit, malgré la mauvaise réputation qu’il a pu avoir avec les années. Tant et aussi longtemps qu’il ne cause pas de douleurs, nous sommes mieux de ne pas nous en soucier. Cependant, si vous éprouvez des douleurs et croyez que vos pieds peuvent en être la cause, consulter votre podiatre.

Références scientifiques:

  1. Evans, A.M. and K. Rome, A Cochrane review of the evidence for non-surgical interventions for flexible pediatric flat feet. European Journal of Physical and Rehabilitation Medicine, 2011. 47(1): p. 69-89.
  2. Neal, B.S., et al., Foot posture as a risk factor for lower limb overuse injury: a systematic review and meta-analysis. Journal of foot and ankle research, 2014. 7(1): p. 55-55.
  3. Challoumas, D., et al., How does surgery compare to sham surgery or physiotherapy as a treatment for tendinopathy? A systematic review of randomised trials. BMJ Open Sport & Exercise Medicine, 2019. 5(1): p. e000528.
  4. Fu, S.-C., et al., Deciphering the pathogenesis of tendinopathy: a three-stages process. Sports medicine, arthroscopy, rehabilitation, therapy & technology : SMARTT, 2010. 2: p. 30-30.
  5. Mousavi, S.H., et al., Kinematic risk factors for lower limb tendinopathy in distance runners: A systematic review and meta-analysis. Gait & Posture, 2019. 69: p. 13-24.

Cet article vous est utile? Il pourrait l'être pour d'autres! Partagez-le en cliquant ici pour aider des gens qui, comme vous, veulent faire le premier pas vers la guérison.

Gabriel Moisan Vignette

Dr. Gabriel Moisan, votre podiatre

Gabriel est diplômé au doctorat de premier cycle en médecine podiatrique et à la maîtrise en sciences de l'activité physique à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il poursuit présentement des études doctorales qui visent à mieux comprendre les effets des orthèses plantaires chez des individus avec une instabilité chronique de la cheville.
Depuis 2015, Dr Moisan enseigne divers cours aux étudiants en médecine podiatrique à l'Université du Québec à Trois-Rivières, dont un cours sur les méthodes de prescription des orthèses plantaires.

Dr. Dominic Chicoine, votre podiatre

Dominic Chicoine est diplômé au Doctorat en Médecine Podiatrique à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Passionné par la biomécanique, il poursuit ses études à la maîtrise à l’Université Laval sur les pathologies musculo-squelettiques du pied et de la cheville qu’il terminera en septembre 2019.

Dominic Chicoine