Blog

Fracture de stress : traitement et prévention

Une fois que l'emplacement et la gravité de la ou des fractures de fatigue de l'athlète ont été diagnostiqués, le traitement peut alors débuter. Les protocoles de traitement peuvent varier d'une simple période de repos à la pose d'un plâtre, à l'orthèse, à la physiothérapie ou même à la chirurgie, le tout selon le nombre et la nature des fractures, ainsi que le ou les os affectés. Nous discuterons des concepts de base à respecter.

Le repos

Dans tout programme de traitement des fractures dues à la fatigue, la première étape, et souvent la plus importante, est d'arrêter l'activité ayant déclenché ce type de fracture. La période de repos s'échelonne généralement sur une période de 4 à 8 semaines et peut comprendre le simple passage à un sport à faible impact, comme la natation ou le cyclisme plutôt que la course. Dans certains cas, les patients peuvent avoir besoin de ralentir considérablement, voire même de cesser complètement toute activité physique, selon le type et la gravité de la ou des fractures.

Importante considération au niveau du pied, étant donné son utilisation prolongée durant la journée, une restriction quant au nombre de pas effectués dans la journée doit être prise en compte.

Continuer l’activité physique qui ne fait pas appel à aucun effort de la partie blessée permet de garder un niveau de forme physique durant la convalescence.

Les chaussures de protection

Les patients souffrant de fractures de fatigue au pied ou à la cheville peuvent avoir besoin de porter des chaussures orthopédiques spéciales pendant la période de repos, en vue de réduire les tensions dues aux chocs pendant les activités quotidiennes de la vie. Voici des exemples de chaussures de protection :

  • Des chaussures à semelles rigides ou à semelles intérieures rigides qui empêchent la flexion ou le fléchissement du pied;
  • Une sandale thérapeutique à semelle de bois;
  • Une orthèse amovible pour fracture qui recouvre le pied et la cheville.

Une chaussure dite orthopédique, ou du moins avec certaines caractéristiques, peut être une alternative suffisante à la décharge complète. De cette façon, le pied est suffisamment stabilisé et protéger pour permettre la guérison sans avoir à porter une botte de type Cam Walker ou Air Cast.

Le plâtre ou appareil orthopédique

Certaines fractures de fatigue se guérissent plus lentement et nécessitent donc un plâtre, comme celles de la face externe du pied ou de la cheville. Afin de faciliter le repos et le processus de guérison, l'utilisation de plâtres, d'appareils orthopédiques ou d'autres dispositifs d'immobilisation peut être indiquée, soit pendant la période de repos, soit après celle-ci. Les patients portant des plâtres et/ou des appareils orthopédiques peuvent également avoir besoin de béquilles ou d'un fauteuil roulant.

Parmi les types de plâtre couramment utilisés pour traiter les fractures dues à la fatigue, il y a, sans s'y limiter :

  • Bottes de marche;
  • Appareils orthopédiques moulables;
  • Bottes en plâtre ou en fibre de verre pour les fractures de fatigue de la jambe inférieure;
  • Attelles et/ou écharpes pour les fractures de fatigue du bras ou de l'avant-bras (communément appelées épaule ou coude de petite ligue), mais cela est peu fréquent.

Ces appareillages ont pour simple objectif de permettre une stabilité suffisante afin de favoriser une rapidité de guérison dans certains cas où la fracture comporte un plus grand risque d’être exposée à différentes forces, ce qui pourrait altérer la guérison.

La physiothérapie

Une fois la période initiale de repos et de guérison terminée, il est souvent recommandé de recourir à la physiothérapie pour renforcer les os lésés, faciliter le retour aux activités sportives et réduire ainsi la possibilité de nouvelles blessures. Les types les plus communs de physiothérapie comprennent les exercices de renforcement isométrique, l'exercice aquatique, l'entraînement avec poids et haltères et les exercices d'étirement.

Comprendre la cause de la fracture de stress permet de guérir plus rapidement, aussi d’éviter les erreurs d’entraînements ayant menées vers cette blessure. Prendre un moment pour mettre sur pied un programme de retour progressif vers l’entraînement est essentiel pour éviter de nouvelles blessures.

La chirurgie

Dans de très rares cas, une intervention chirurgicale s'impose pour remédier aux fractures dues à la fatigue, et tout particulièrement aux fractures graves et/ou récurrentes des pieds et du bas des jambes. La chirurgie visant à traiter ces fractures requiert souvent une fixation interne ou la pose de tiges, de vis ou de plaques métalliques dans le but de stabiliser les os affectés pendant et après le processus de guérison. Généralement, ces méthodes sont utilisées lorsque les traitements non chirurgicaux n'ont malheureusement pas donné les résultats escomptés dans les fractures de fatigue du pied.

La fracture la plus commune de l'os long traitée par chirurgie est celle du tibia, qui compromet l'intégrité structurelle de l'os de la jambe. Cela se traite souvent de manière chirurgicale par l'implantation d'une tige intramédullaire qui aide à stabiliser le tibia.

Prévention des fractures causées par la fatigue

Ces fractures peuvent souvent être évitées si les athlètes se conforment à des programmes d'entraînement et à des habitudes alimentaires appropriés. Voici quelques recommandations médicales couramment émises pour réduire le risque de fracture de fatigue :

  • Porter des chaussures appropriées et d'autres équipements de protection conçus pour chaque sport pratiqué par l'athlète, et les remplacer régulièrement. Éviter de faire du sport avec des chaussures et/ou des équipements de protection désuets;
  • Accroître progressivement l'intensité de l'exercice sur une période de quelques semaines ou de quelques mois afin que le corps puisse s'adapter à chaque nouveau niveau et réduire le risque de blessures dues à une sollicitation excessive. Prévoir la même période d'ajustement à chaque changement de sport ou de surface de jeu, comme le passage du sprint à la course de distance, ou du gazon naturel au gazon artificiel;
  • Maintenir une alimentation saine, notamment un apport alimentaire en calcium et en vitamine D adapté au sexe et à l'âge de l'athlète. La prise quotidienne de suppléments de calcium et de vitamine D en plus d'une alimentation équilibrée et riche en protéines est fortement recommandée, en particulier pour les athlètes féminines.

Références scientifiques:

  • Kishner S. Physical medicine and rehabilitation for stress fractures. January 27, 2014: Medscape. http://emedicine.medscape.com/article/309106-overview. Accessed December 22, 2014.
  • American Academy of Orthopedic Surgeons and the American Orthopedic Society for Sports Medicine. Stress fractures of the foot and ankle. July 2009: OrthoInfo. http://orthoinfo.aaos.org/topic.cfm?topic=A00379. Accessed December 22, 2014.
  • Beck, B. Stress fractures. American College of Sports Medicine, Current Comments. https://www.acsm.org/docs/current-comments/stressfractures.pdf. Accessed December 23, 2014.
  • American Academy of Orthopedic Surgeons and the American Orthopedic Society for Sports Medicine. Stress fractures. October 2007: OrthoInfo. http://orthoinfo.aaos.org/topic.cfm?topic=a00112. Accessed December 22, 2014.
  • Wedro B. Stress fracture. eMedicineHealth.com. June 11, 2014: http://www.emedicinehealth.com/stress_fracture/article_em.htm. Accessed December 22, 2014.
  • Romani W et al. Mechanisms and management of stress fractures in physically active persons. J Athl Train. 2002 Jul-Sep; 37 (3): 306-314.
  • Demetrious T, Harrop, B. Rib stress fracture. Physioadvisor. http://www.physioadvisor.com.au/14732250/rib-stress-fracture-physioadvis.... AccessedDecember 23, 2014.

Cet article vous est utile? Il pourrait l'être pour d'autres! Partagez-le en cliquant ici pour aider des gens qui, comme vous, veulent faire le premier pas vers la guérison.

Antonin Bérubé

Dr. Antonin Bérubé, votre podiatre

Diplômé du programme de doctorat en médecine podiatrique (DPM) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Il est professionnel de pathologies du pied et la de cheville. Sa passion pour la biomécanique et les douleurs musculo-squelettiques l’amène à traiter chaque patient comme un athlète, de façon à le remettre sur pied le plus rapidement possible et à prévenir de futures blessures.