Blog

Prise de médicaments anti-inflammatoires pour guérir une fasciite plantaire ?

Les douleurs au talon, comme la fasciite plantaire, peuvent être très douloureuses! Étant donné que la fasciite plantaire est souvent associée à un processus inflammatoire, il se peut que vous souhaitiez prendre un médicament pour combattre l'inflammation et retourner rapidement à vos activités. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, communément appelés AINS, sont l'un des médicaments les plus fréquemment utilisés pour traiter ce type de douleur. Cependant, il y a certaines choses que vous devriez savoir concernant la prise de médicaments anti-inflammatoires pour le traitement de la fasciite plantaire.

Guide Douleur talon

[Le sujet de cet article ne concerne pas les traitements de base à effectuer à la maison lors de lapparition des premiers symptômes de douleur au talon (fasciite plantaire ou épine de Lenoir). Si vous cherchez ces informations, vous les trouverez dans ce guide complet «Douleur au talon» qui vous expliquera comment prendre en charge immédiatement les traitements à effectuer.]

Comprendre pour mieux agir

 

Premièrement, sachez qu’aucun médicament seul ne pourra guérir votre douleur au talon. En fait, l’appellation «fasciite plantaire» signifie médicalement que le fascia sous votre pied est inflammé! La croyance veut que cette inflammation soit la cause de la douleur. Cependant, depuis quelques années déjà, les études scientifiques démontrent qu’en analysant les cellules blessées sous un microscope, les tissus du fascia plantaire sont plutôt en phase dégénérative. Il ne s’agirait pas d’une condition à proprement dit « inflammatoire »…

Donc, la prise d’anti-inflammatoires ne fera que régler une partie du problème. Prenons l’exemple d’un bras cassé. Si vous prenez du Tylenol pour aider à soulager la douleur, vous aurez certes moins mal mais le résultat sera toujours le même : votre bras restera cassé. Pour vous sentir mieux en permanence, vos os du bras devront se « réparer » ensemble et vous devrez leur accorder le temps de guérir par la suite. Pour ce qui a trait à votre fasciite plantaire, la situation est similaire. Pour une guérison complète, vous devez traiter aussi la cause du problème.

La régularité

Deuxièmement, sachez que si vous en faites usage, vous devez les prendre de façon constante. Si vous prenez des anti-inflammatoires tels que Aleve®, Motrin® ou Ibuprofen uniquement lorsque votre douleur est à son apogée, vous ne les utilisez qu’à titre d’analgésique. La prise d’AINS par intermittence ne fonctionnera pas vraiment comme un véritable médicament anti-inflammatoire efficace.

De plus, tous les médicaments anti-inflammatoires en vente libre actuellement ont un double objectif et une double action. Si vous les prenez par intermittence et qu'il y a un faible niveau de médicaments anti-inflammatoires dans votre circulation sanguine, cela fonctionnera essentiellement comme un analgésique temporaire.

Alors, pour un effet optimal, vous devez en prendre sur une base régulière. Advenant que vous souhaitiez traiter votre composante inflammatoire de la fasciite plantaire réactive, vous devriez prendre le médicament régulièrement pendant au moins 10 jours. Et ne sautez pas une dose pendant cette période, car le médicament se remettrait à agir comme un analgésique vu que le niveau dans votre circulation sanguine diminuerait de façon significative. Toutefois, il est préférable que vous consultiez votre médecin avant; la consommation de certaines doses doit être prescrite.

Utilité de l’anti-inflammatoire

Pour que l’anti-inflammatoire soit véritablement utile, vous devez le prendre dès les premiers stades de la fasciite plantaire, c’est-à-dire dès le début des premiers symptômes lors de la phase « réactive ». Si votre douleur au talon est récente, soit depuis seulement quelques jours, cela peut s’avérer avantageux de prendre un médicament pour enrayer le processus réactif inflammatoire. Cependant, n’oubliez pas que celui-ci doit être pris systématiquement tous les jours pour qu’il accélère convenablement bien votre rétablissement.

Par contre, si votre douleur au talon ou votre fasciite plantaire (lire ici fasciopathie) est présente depuis des mois, voire même des années, les médicaments anti-inflammatoires ne seront aucunement bénéfiques. Cela est d’autant plus vrai pour les cas avancés, lorsque les douleurs sont chroniques et particulièrement intenses. Dans ces stades tardifs, le processus dégénératif s’enclenche et, en tant que tel, nul ne sert de prendre un médicament anti-inflammatoire. Le processus étant dégénératif et non inflammatoire, ce type de médicaments n’aurait aucun effet. Alors, à quoi bon en prendre…surtout considérant les effets secondaires potentiels.

Les troubles gastro-intestinaux

De loin, l’effet secondaire le plus commun et connu est le développement de gastrites et d’ulcères gastriques chez certains consommateurs d’AINS. Plus la consommation est grande, plus les risques sont présents. Si une prise d’AINS est débutée, l’addition d’une protection gastrique ou anti-H2 réduit considérablement le risque. Pour les patients ayant un risque élevé de complications gastro-intestinales, la meilleure solution est un Coxibs (Célécoxib, Rofécoxib) qui réduit de 50% les risques de développer une complication comparativement aux autres AINS.

Les autres effets secondaires

D‘autres effets secondaires importants, mais beaucoup moins fréquents, sont aussi à prendre en considération. Tous les AINS sans exception présentent des risques de causer de la toxicité rénale, une élévation de la tension artérielle et une rétention liquidienne.

Et autres…

Les AINS agiraient aussi en ralentissant la guérison osseuse, donc à éviter dans les cas d’une fracture de stress. Dans la littérature scientifique, il est encore incertain si les AINS agiraient aussi sur le ralentissement de la guérison des tissus du corps (exemple : récupération musculaire après un entraînement) de façon générale en interférant avec le cycle naturel inflammatoire. À suivre. Pour ce qui est des blessures de type « tendinopathie », les études tendent à démontrer l’avantage du rapport risques sur bénéfices des analgésiques (ex :Tylénol) au détriment des AINS.

Conclusion

Bien que les AINS puissent être excellents lorsque pris dans les bonnes circonstances, vous devez respecter leur bon usage. Ici, les principaux points à retenir sont que les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent efficacement réduire l’inflammation dans les phases initiales de la fasciite plantaire. Toutefois, cela fonctionnera que si vous les prenez systématiquement de manière constante tout en s’assurant de limiter la prise dans le temps. Dans la plupart des cas en phase chronique, il y a très peu de bénéfices à se traiter à l’aide d’AINS, mis à part pour son effet analgésique.

À la question « dois-je prendre des anti-inflammatoires? », la réponse est que vous devriez en discuter avec votre professionnel de la santé en fonction du ratio risque-bénéfice. Songez également à tenir compte du diagnostic, du degré de douleur, de votre état de santé générale et de votre plan de traitement complet.

Rappelez-vous, il n’existe pas de pilule miracle!

Cet article vous est utile? Il pourrait l'être pour d'autres! Partagez-le en cliquant ici pour aider des gens qui, comme vous, veulent faire le premier pas vers la guérison.

antonin

Dr. Antonin Bérubé, votre podiatre
Diplômé du programme de doctorat en médecine podiatrique (DPM) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Il est professionnel de pathologies du pied et la de cheville. Sa passion pour la biomécanique et les douleurs musculo-squelettiques l’amène à traiter chaque patient comme un athlète, de façon à le remettre sur pied le plus rapidement possible et à prévenir de futures blessures.