Blog

Puis-je continuer à courir malgré mon ongle incarné ?

L’ongle incarné est un problème rencontré couramment. Chez les coureurs, il affecte surtout les jeunes hommes[1]. L’ongle incarné se présente par une douleur et une rougeur importante à l’orteil affecté[2]. Parfois, il peut créer des écoulements au niveau de l’orteil concerné. À lui seul, il peut grandement limiter nos activités à la course. Il est donc important de connaître les traitements à effectuer afin de continuer notre course, et ce, sans douleur.

Il n’y a pas vraiment de contre-indication pour continuer à courir malgré que nous soyons affectés par un ongle incarné. Cependant, la douleur peut être une raison majeure pour diminuer notre temps, nos performances ou notre plaisir à courir. Une mauvaise coupe de l’ongle, la transpiration excessive et la courbure de notre ongle sont les principales raisons pour développer un ongle incarné. Dès l’apparition des premiers symptômes, et surtout chez les coureurs, il est important de commencer les traitements maison le plus rapidement possible. Voici donc trois conseils pour vous :

  1. Faites tremper vos pieds dans l’eau tiède et du sel d’epson pendant 10 minutes, une fois par jour.
  2. Masser la peau qui est affectée par l’ongle de façon à éloigner la peau de l’ongle.
  3. Si la douleur ne vous afflige pas trop, vous pouvez tenter d’insérer une ouate entre votre ongle et votre peau afin d’écarter votre peau de votre ongle.

Si ces méthodes échouent, vous pouvez tenter de couper votre ongle selon vos habiletés. Cependant, cette manœuvre est souvent déconseillée, car elle peut aggraver la situation. Faites donc attention et respectez vos limites.

L’autre option reste de consulter un professionnel de la santé en la matière comme un podiatre. Lors de votre visite, le podiatre évaluera votre condition et votre ongle. La plupart du temps, deux options vous seront alors suggérées :

  1. Une coupe en biseau de votre ongle sera effectuée afin de régler le problème à court terme.
  2. Une chirurgie mineure sera effectuée afin de solutionner le problème à plus long terme.

La première option est plutôt simple, ne nécessite pas d’anesthésie et vous sera prodiguée avec des conseils d’usage.

La deuxième option nécessite une anesthésie, mais est aussi très simple a effectuer pour le podiatre. Cette procédure se nomme matricectomie partielle de l’ongle. Elle dure environ 30 minutes et les contre-indications sont minimes pour l’effectuer. Elle consiste à retirer la partie de votre ongle qui est problématique afin qu’elle ne repousse plus. Le taux de succès est d’environ 95% et ne nécessite pas l’arrêt ou une limitation prolongée des activités [3]. Souvent un inconfort peut durer 2 à 3 jours suite à l’intervention et le retour aux activités normales peut se faire. La plupart du temps, la course peut être reprise à ce moment tout dépendant de la douleur ressentie au niveau de l’ongle. L’aspect esthétique de votre ongle est aussi conservé suite à la procédure, car ce n’est qu’une petite partie de votre ongle qui est retirée.

Si vos douleurs à votre ongle d’orteil vous empêchent de bien performer, n’hésiter pas à consulter votre podiatre, il saura trouver une solution personnalisée pour vous.

Références scientifiques:

  1. Pico, A.M.P., E. Verjano, and R. Mayordomo, Relation Between Nail Consistency and Incidence of Ingrown Toenails in Young Male Runners. Journal of the American Podiatric Medical Association, 2017. 107(2): p. 137-143.
  2. Haneke, E., Controversies in the treatment of ingrown nails. Dermatol Res Pract, 2012. 2012: p. 783924.
  3. André, M.-S., et al., Treatment of Ingrowing Toenails With Phenol 88% or Trichloroacetic Acid 100%: A Comparative, Prospective, Randomized, Double-Blind Study. Dermatologic Surgery, 2018. 44(5): p. 645-650.

Cet article vous est utile? Il pourrait l'être pour d'autres! Partagez-le en cliquant ici pour aider des gens qui, comme vous, veulent faire le premier pas vers la guérison.

Dr. Dominic Chicoine, votre podiatre

Dominic Chicoine est diplômé au Doctorat en Médecine Podiatrique à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Passionné par la biomécanique, il poursuit ses études à la maîtrise à l’Université Laval sur les pathologies musculo-squelettiques du pied et de la cheville qu’il terminera en septembre 2019.

Dominic Chicoine