Tendinopathie d'achille

EN SUIS-JE ATTEINT?

  • Développement graduel de la douleur, enflure, sensibilité et raideur à l’arrière du talon le long du tendon d’Achille.
  • Début de la douleur sur une période de plusieurs semaines ou mois.
  • Peut avoir débuté lors d’une séance d’exercice ou d’activité intense.
  • Raideur dans le tendon d’Achille, surtout le matin ou après une période de repos.
  • Diminution de la douleur avec l’exercice et le mouvement (réchauffement du tendon).
  • Signes de dégénérescence : épaississement, élargissement ou calcification du tendon d’Achille (en comparaison au tendon sain). Certains décriront ces signes comme une masse ronde à l’arrière du tendon.
  • Diminution de l’amplitude de mouvement de la cheville : l’étirement peut causer de la douleur, comme lors de la montée d’escaliers ou de côtes.
  • Monter le talon et se lever sur la pointe du pied de la cheville blessée peut reproduire la douleur.

QU'EST-CE QUE C'EST AU JUSTE?

Le tendon d’Achille, situé à l’arrière de la cheville, est le plus gros tendon du corps humain. Il s’insère sur l’os du talon, y reliant le mollet. Dépendamment du niveau d’activité et des facteurs de risque, la douleur peut se développer au niveau du talon ou plus haut au niveau du tendon ou encore à la jonction entre le muscle et le tendon. La forme la plus courante est la tendinopathie de la portion moyenne du tendon d’Achille, soit 2 à 5 cm plus haut que le talon.

 

Il s’agit de la condition musculo-squelettique la plus fréquente chez les coureurs, autant les coureurs amateurs que les marathoniens. La répétition d’un mouvement, l’augmentation d’une distance de course ou une demande excessive au niveau du tendon peuvent causer des blessures. De manière générale, on peut exprimer que la quantité de stress sur le tendon est trop grande pour sa capacité à le régénérer. Si non traitée, cette surcharge mène à une dégénérescence. En d’autres mots, ce sont de petites microfissures du tendon qui ne se réparent pas adéquatement. Une tendinite du tendon d’Achille mal prise en charge peut, à plus long terme, se développer en une tendinopathie d’Achille.

 

Plusieurs facteurs peuvent contribuer au développement de la
tendinopathie :
  • Inégalité des membres inférieurs.
  • Hyperpronation du pied (fonction biomécanique).
  • Manque de souplesse de la loge postérieure de la jambe.
  • Mouvements répétitifs (monter et descendre une échelle, un escalier, etc.).
  • Sports impliquant des sauts ou des départs rapides (ex : plyométrie).
  • Augmentation (trop) rapide de la charge sportive (fréquence, distance, intensité, durée, etc.).
  • Changement de chaussures (élévation arrière-pied, contrefort serré)
  • Surface d’entraînement molle.
  • Diabète ou maladie inflammatoire systémique.
  • Prise d’antibiotique de type fluoroquinolones ou troubles métaboliques.

TRAITEMENTS À LA MAISON

Il est important de reconnaître s’il s’agit d’une condition chronique ou inflammatoire, car le plan de traitement est différent de l’un à l’autre.

Dans le cas de la tendinite d’Achille (condition inflammatoire, douleur aiguë), on préconise le repos et l’application de glace. Une consultation avec votre podiatre devrait être envisagée si la condition ne se résorbe pas en 2 à 4 semaines. Une tendinite d’Achille (stade inflammatoire) peut dégénérer en tendinopathie (dégénérescence chronique) si celle-ci n’est pas prise en charge convenablement, d’où l’importance d’intervenir dès les premiers symptômes.

Dans le cas d’une condition chronique :
- Réduisez les activités causant de la douleur (ex. : course, sauts, montées, etc.).

- NE s’améliore PAS avec le repos! Il est impératif de ne pas opter pour une approche du style « je vais patienter et ça devrait passer ».

- Modifiez la charge, la fréquence, l’intensité et les habitudes d’entraînement.

- Échauffez-vous avant les activités et avant chaque pas (ex. : mobilisez votre cheville et vos mollets avant de faire le premier pas en sortant du lit).

- Suivez un programme de renforcement excentrique des mollets (ex. : protocole d’Alfredson).

- Étirez vos mollets régulièrement! L’utilisation d’un rouleau mousse (foam roller) est aussi recommandée.

- Ajoutez une talonnette (élévation) temporaire d’environ 5mm dans vos chaussures.

- Effectuez des exercices pour améliorer la proprioception et la stabilité du pied et de la cheville.

- Modifiez votre technique de course (condition souvent associée à une enjambée trop grande « overstriding ».

Raccourcissez la longueur des pas à la course et augmentez la cadence de façon à courir avec les pieds sous le centre de gravité lors du contact avec le sol.
Évitez de frapper le sol brusquement « courir sans bruit ».
Développez une attaque du médio-pied graduellement.
Faites évaluer votre patron de course par un professionnel.

- Soyez patient : la réhabilitation peut prendre jusqu’à 6 mois. Si votre cas est pris en charge rapidement, une diminution de la douleur surviendra assez rapidement.

TRAITEMENTS POSSIBLES PAR VOTRE PODIATRE

Même si certains des symptômes mentionnés plus haut correspondront aux vôtres, le rôle de votre podiatre est avant tout de déterminer votre diagnostic précis. Une imagerie médicale peut être nécessaire comme une radiographie ou une échographie. Ensuite, l’évaluation complète permet de cibler le traitement optimal parmi les suivants en fonction de vos caractéristiques personnelles :

  • Éducation sur la quantification de stress mécanique.
  • Programme de réhabilitation en 4 étapes.
  • Détermination de la présence d’une inégalité des membres inférieurs
  • Évaluation complète des membres inférieurs (ex. : activation musculaire du moyen fessier).
  • Taping.
  • Orthèse plantaire.
  • Thérapie par ondes de choc.
  • Infiltration.
  • Autres.
Pieds

Faites votre premiers pas vers la guérison.

Antonin Bérubé

Dr. Antonin Bérubé, votre podiatre

Diplômé du programme de doctorat en médecine podiatrique (DPM) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Il est professionnel de pathologies du pied et la de cheville. Sa passion pour la biomécanique et les douleurs musculo-squelettiques l’amène à traiter chaque patient comme un athlète, de façon à le remettre sur pied le plus rapidement possible et à prévenir de futures blessures.

Dr. Dominic Chicoine, votre podiatre

Dominic Chicoine est diplômé au Doctorat en Médecine Podiatrique à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Passionné par la biomécanique, il poursuit ses études à la maîtrise à l’Université Laval sur les pathologies musculo-squelettiques du pied et de la cheville qu’il terminera en septembre 2019.

Dominic Chicoine